Grossophobie acte #2 !



Je reviens rapidement, de façon tout à fait imprévue vous parler d'un truc qui m'a fait sortir de mes gonds et de mes vacances !

Mon indignation étant à son paroxysme, je voulais vous en parler à chaud et ne pas attendre encore quelques jours ! Parce que là, franchement, c'est comme qui dirait "le pompon sur la Garonne".

Si vous ne l'avez pas encore vu, lu, reçu, sachez qu'un questionnaire vient d'être lancé sur les réseaux sociaux sur l'obésité.  Un truc bien grossophobe...Enfin, à mon sens.

Parce que quelques mots suffisent à un long discours, je vous mets le pitch de la dame qui accompagnait son torchon !

"Bonjour,

Actuellement étudiante en Master Communication à Sciences Po, je réalise un mémoire sur la communication autour de l’obésité, pour analyser la situation actuelle et voir comment changer le regard sur cette maladie.

Accepteriez-vous de diffuser ce questionnaire anonyme"


(Crédit photo : Madmoizelle.com)

J'ai rapidement "vomi mon 4h et mon minuit aussi" à la vue de ce bel amalgame ! Et encore, je vous épargne le pire, le questionnaire !

C'est vrai quoi, même Karl Lagarlfeld il l'a dit que c'était la faute des gros si la sécu était déficitaire !

Du coup, face à tant de connerie (oui, désolée pour le vilain mot, mais y'en a pas d'autre pour qualifier ça !), voici ma réponse à la dame :

Bonsoir, 

A la lecture de votre questionnaire, je ne souhaite pas y répondre et encore moins le faire circuler. 

Je le trouve réducteur, simpliste, péjoratif et porteur de tous les préjugés que la société véhicule à tort. 
On y retrouve tous les prêt-à-penser habituels, toute la bêtise que les pseudos bien-pensant ont bien catalogué sans réellement se pencher sur la cause de la cause voir même la cause de la cause de la cause. 
Ce questionnaire est une fois encore la preuve que les populations ne sont pas vues comme un ensemble d'entités uniques dont on respecte l'authenticité, mais bien comme des troupes que l'on souhaite amalgamer afin de les faire rentrer dans des cases... C'est lamentable. 

Sachez d'abord que TOUS les obèses NE SONT PAS malades ! 

Déjà, pour avoir une définition juste et parfaitement exacte de ce qu'est l'obésité, il faudrait utiliser un autre outil que l'indice de Quetelet comme calcul officiel de l'IMC. Beaucoup trop simpliste, ne prenant pas en compte les différentes masses dont est composé le corps ( masse osseuse, musculaire, hydrique, graisseuse, sanguine, etc), sachez que ce fameux indice de Quetelet classe bon nombre de sportifs à la forte masse musculaire en surpoids voir en obésité... Allez vous leur envoyer votre questionnaire pour en savoir plus sur leur pathologie : l'obésité ? 

Ce questionnaire est une fois encore la preuve du perpétuel manque d'ouverture d'esprit que chaque personne "non standardisée", non calibrée, subit. La société française est traitée comme les fruits et légumes qui sont directement placés au rebut parce qu'il ne ressemblent pas à l'image du fruit ou du légume idéal, celui qui a été ancré dans les esprits comme bon parce que visuellement "parfait". Pour créer ensuite des rayons de fruits et légumes "moches" au rabais parce mince, le gaspillage alimentaire, ça ne le fait pas quand des millions de personnes ne mangent pas à leur faim... Sans compter que ça fait plaisir aux agriculteurs qui sont déjà payés une misère pour des produits parfait. Qu'ils se réjouissent qu'on les débarrasse de leurs horreurs que la nature n'a pas calibré ! La vilaine ! 

Les français grossissent parce qu'ils mangent mal, certes, c'est un fait. Mais ce n'est pas le seul, comme toute population "riche", les français sont carencés. L'une des causes du surpoids. Mais pas la seule et au risque de vous décevoir, j'ai un régime alimentaire équilibré, je mange de tout en quantité raisonnable et figurez-vous que je fais même du sport... 
Infirmière depuis bientôt 15 ans, avant d'entamer mes études, je taillais un 38. 15 ans plus tard, je porte du 52. Pourquoi ? Pas parce que je passe mes journées derrière un bureau. Ce n'est même pas la faute de la sédentarité. J'ai commencé à prendre du poids quand j'ai commencé mes études et par la même occasion à subir les horaires décalés. La production hormonale naturelle du corps n'est pas faite pour se réveiller à 4h30 du matin. Les hormones du réveil agissent entre 7h et 10h... Moment idéal pour prendre son petit déjeuner... Ce n'est qu'un exemple pour un repas sur UNE journée et sur un horaire du matin... Imaginez à quel point le corps apprécie de travailler dans la même semaine, du matin, puis du soir, puis de nuit. La façon dont réagit un corps qui ne peut pas se reposer suffisamment, qui mange à la va vite quand le timing le permet mais pas quand l'heure serait optimale pour nos hormones et je vous fais grâce du reste. Le stress est lui aussi un très grand ami de la prise de poids car il fait produire au corps une quantité anormale d'une hormone agissant sur la rétention d'eau. Et là, je ne vous parle que d'UNE profession... La grande majorité des métiers sont dans des cas similaires. 

Enfin bref, je pourrais encore vous lister beaucoup de choses. Mais si on commençait par ne pas voir l'obésité comme une simple mauvaise volonté de certaines personnes, une simple envie de na pas faire d'effort ? Si on commençait par arrêter de véhiculer l'image que tous les obèses sont malades et sont responsables du déficit de la sécurité sociale ? Et si on arrêtait de montrer les "légumes moches" pardon, les personnes non standardisés du doigts, ça ce serait un réel progrès... Les personnes dont l'obésité est maladive ou réellement morbide, pas parce que Quetelet le dit mais parce que les analyses médicales le montrent sont suivis pour cela. Et croyez moi, ce n'est pas mon cas. Oui je suis en surpoids, mais non je ne suis pas malade, non mes médecins ne sont pas inquiets pour ma santé, ni pour ma vie. Et croyez-moi, je suis loin d'être la seule dans ce cas. Alors vous comprendrez que votre questionnaire m'agace plus qu'autre chose et qu'il n'est pour moi qu'un pas de plus vers les amalgames, l'intolérance et l'incompréhension de la société face aux différences.

D'ailleurs à titre informatif, tous les obèses ne sont pas de gros fainéants, tous les gens maigres ne sont pas anorexiques, tous les maghrébins ne sont pas des terroristes et tous les blancs ne sont pas forcément français depuis 4 générations... 

Par contre, je suis inquiète, vraiment inquiète de voir que les étudiants à Science Po sont formatés au berceau à une telle façon de NE PAS penser, NE PAS réfléchir, NE PAS s'interroger, NE PAS approfondir un sujet avant d'en faire un questionnaire... Mais je ne ferai pas d'amalgame, j'ose espérer que vous êtes la seule à agir, sans vous questionner d'avantages. 

Bien cordialement, 
Aurélie

6 commentaires

  1. Oh Yeah!!! Je serais curieuse de voir le questionnaire !?

    RépondreSupprimer
  2. Idem pour moi, surtout que les autres membres de ma famille sont maigres.
    Je mange très équilibré because mon diabète, et je bouge 4 heures de salsa par semaine et souvent 10 km de Randon le dimanche.
    Et malgré cela je ne maigrit pas.
    Ma famille me présente des régimes les plus insensés possible prétextant que je pourrai maigrir et sortir de mon 46, mais je suis heureuse ainsi et en bonne santé.
    Je comprends ton étonnement, mais a Science Po ils n'apprennent pas a réfléchir mais a être des moutons.

    RépondreSupprimer
  3. Et bien ! Pour une fois, je sors mon périscope !
    Au moins tout est dit...
    si possible je serais curieuse de voir ledit questionnaire, mais aussi la réponse de la demoiselle, enfin si toutefois elle répond...
    Merci ! :)
    Véronique

    RépondreSupprimer
  4. Et bien !...
    Pour une fois, je sors mon périscope !
    Bon tout est dit dans ce courrier... Par contre je serais curieuse de voir le questionnaire, mais aussi la réponse de la demoiselle, enfin si toutefois elle répond...

    RépondreSupprimer

Laissez-moi un petit mot !

Merci