La grossophobie


Il y a quelques semaines, j'ai été interrogée sur la grossophobie. 
J'ai trouvé les questions posées très pertinentes, très justes et axées sur les vrais problèmes véhiculés. Je partage aujourd'hui avec vous ce questionnaire de Les Ourses à plumes et mes réponses.


Tout d’abord, une petite mise au point : qu’appelle-t-on “grossophobie”? 

C'est déjà là que l'hallucination commence ! 
L'arachnophobie c'est la peur des araignées, la coulrophobie c'est la peur des clowns, la clostrophobie c'est  la peur des endroits confinés, donc dans l'absolu, la grossophobie c'est la peur des gros... 
Mais la définition que l'on trouve (difficilement) sur ce mot est : l'hostilité envers les personnes corpulentes, grosses. 
Ou aussi : Forme spécifique d’intolérance et de "racisme" visant les gens de forte corpulence.
Pour ma part, ce terme de grossophobie est une erreur de language. A ma connaissance, on ne parle pas de petitophobie, de grandophobie ou de maigrophobie... 
La discrimination commence dès la linguistique... Donc à la base, ça craint !


C’est une insulte “gros.se”? Ou finalement, c’est le fait de considérer ce terme comme insultant qui est problématique?

Le mot gros.se n'est, à l'origine, pas une insulte. C'est un adjectif qualificatif au même titre que grand, petit, joli, etc. Mais il comporte une connotation très péjorative, tellement péjorative que c'est devenu une insulte. 
Lorsqu'on parle d'une personne corpulente, on va dire : une personne ronde, très ronde, forte, pulpeuse, etc. Parce que le mot "gros.se" porte une image négative, la connotation d 'une insulte. 
Pourtant, au loto, les gens préfèrent gagner une grosse somme d'argent qu'une petite ! Mais quand on parle d'une personne, le terme est galvaudé. 
Je n'hésite pas à dire que je suis grosse, que j'ai des grosses fesses, des gros seins, etc, parce que c'est vrai. Au même titre que du haut de mon 1,62 m je suis petite. Hors les gens me reprennent en me disant "mais non, il ne faut pas dire ça ! C'est pas gentil et ce n'est pas vrai". Ce à quoi je réponds que lorsqu'on parle de petites fesses, personne ne trouve ça insultant, pourquoi des grosses le seraient ? Dans les esprits, l'image que le mot véhicule est devenu une insulte.


Comment est-ce que la grossophobie se manifeste? 

Elle se manifeste de tellement de façons que c'est impossible de toutes les énumérer. Dans les mots déjà, qui n'a pas entendu quelqu'un se faire traiter de "Gros lard ou de grosse vache" ? 
Mais c'est aussi dans les regards désapprobateurs quand on mange, les coups d’œils insistants de pied en cape qui en disent long, les derniers rangs quand on va sur un plateau télé assister à une émission, la personne qui ne sera pas interrogée ou prise en photo lors d'un événement, etc.

Le comble du comble que j'ai vécu, c'était lors d'une interview pour un défilé de mode "grande taille" auquel je participais. Mon intervention a été diffusée dans son intégralité, ce qui était plutôt cool, mon message avait dû plaire. Sur ma voix, les images de cette journée se déroulaient, on voyait interagir et défiler des filles qui participaient aussi à l'événement sans jamais me voir, ni montrer que c'est moi qui parlait. N'apparaissaient que les quelques nanas qui faisaient un 44-46 et moins. Celles qui étaient plus grosses, comme moi, on ne nous voyait pas...

C'est aussi les préjugés, les gens qui se disent que parce qu'on est gros on est forcement toute la journée avachis devant la télé à manger des chips et de la junk food... 
C'est la personne qui sous ses airs de bienveillance et ses "je dis ça, je dis rien" va vous dire à chaque fois qu'elle vous voit "untel a fait tel régime, ça marche bien, ou untel a testé telle technique, ça marche très bien...".

C'est une esthéticienne qui vous dis "oh, ne vous en faites pas, vous avez une peau qui ne ridera vraiment pas facilement. En même temps, il faut bien avoir quelques trucs bien...". 

Les gens ne se rendent pas compte à quel point les paroles font mal, sont violentes et blessent. 
Souffrir de la grossophobie pour moi c'est ça, essuyer des paroles, des attitudes voire des humiliations parce qu'on ne rentre pas dans un moule que la société défini comme étant celui de la "bonne taille". La taille des gens qui font des efforts, la taille des gens qui se battent, la taille des gens qui travaillent, etc.

La majorité ne le réalise probablement pas parce que la société véhicule ces idées. Mais penser et diffuser le message qu'être gros est "hors-norme" et un défaut, c'est exactement du même ordre d'idée que celle qui présentait les blonds aux yeux bleus comme les humains idéaux, supérieurs !

Petit florilège de propos grossophobes trouvés sur le net. Ces propos ne m'étaient pas adressés, mais qui ne connait pas ce genre de choses ?







Est-ce que les comportements grossophobes sont liés au sexisme? Ou au contraire, ils ne font que renforcer le sexisme? 

Je pense, mais ce n'est que mon opinion, que les comportements grossophobes renforcent le sexisme. La minceur, la beauté, etc, sont des "critères" qui sont fortement conseillés aux femmes. Le fameux : "soit belle et tais-toi" ! 
Un physique "hors-norme" ou différent est souvent qualifié de moche parce qu'il ne rentre pas dans les critères que la société impose. Cette stigmatisation et cette image de la femme parfaite véhiculée depuis des lustres ne font que renforcer le sexisme. 
Un homme rond est qualifié de "fort" ou de "costaud", une femme ronde c'est une "grosse dondon", "LA grosse", "un thon", etc. Ceci dit, passés une certaine carrure, Hommes et Femmes deviennent "des gros fainéants" !

Petit exemple de sexisme et de grossophobie qui a déjà fait le tour du web :





La société nous impose des modèles, existe-t-il une grossophobie intégrée?

Oui, évidemment. Des campagnes telles que manger-bouger et autre fraîch'attitude où l'on nous montre des personnes aux physiques que la société qualifie comme idéaux pour illustrer le tout... Attention, Je n'ai rien contre les campagnes de promotion d'une hygiène de vie saine, au contraire. L'hygiène de vie est capitale et elle passe entre autre par l'assiette, mais tous les gens minces n'ont pas une hygiène de vie parfaite et tous les gens en surpoids n'ont pas une hygiène de vie malsaine. Là encore c'est du préjugé !
On voit aussi fleurir des articles pseudo-scientifiques, pseudo-médicaux qui voudraient démontrer que fréquenter des personnes en surpoids augmente les risques de devenir en surpoids ! C'est quand même dingue que des médias diffusent des articles qui disent clairement qu'il faut fuir les gros sous peine de le devenir !!! Attention, le gros est pestiféré ! Moi qui croyais que nous étions au XXI eme siècle... 
Ça ramène une fois encore à de sombres discriminations qui sont ou ont été copieusement diffusées. La différence effraie, ce n'est pas nouveau, les étrangers subissent le même sort, les personnes atteintes du SIDA l'ont été très longtemps aussi, la tuerie de Orlando nous démontre qu'en 2016 on n'a pas encore le droit d'aimer qui l'on veut et j'en passe parce que la liste est malheureusement très longue. Ajoutez à ça cette fâcheuse manie que l'humain a de faire des amalgames et on se retrouve tout simplement dans un schéma X fois vécu et qui pour notre plus grand malheur, servira encore. 



Comment peut-on lutter activement contre la grossophobie? 

En montrant à la télévisions, dans les médias et autres magazines des gens de TOUTES les corpulences. Il faut arrêter de faire croire aux femmes qu'il faut tailler un 36 pour être parfaite ! Il faudrait aussi que l'industrie textile soit réaliste, en France, la taille de confection des femmes la plus répandue est le 42, suivi de très près par le nombre de femmes qui portent du 40... D'ailleurs, plus de 60% des femmes s'habillent en 42 et plus en France. Hors, c'est en taille 36 que l'on trouve le plus de choix de vêtements alors que moins d'1% des femmes porte cette taille de confection... 


Dessin provenant d'ici

La grande majorité des enseignes textiles arrêtent leurs collections au 40-42, permettant donc à bien moins de la moitié des femmes  de s'habiller dans leurs rayons. C'est une certaine forme d'élitisme, mais c'est surtout une très grosse forme de discrimination ! 

Il serait bien aussi d'arrêter de montrer du doigts les yoyos pondéraux des personnalités connues, de les voir étalées dans les journaux ou à la télévision. Sérieusement, n'y a-t-il pas des choses plus graves à aborder ?

Il serait bien aussi d'arrêter de systématiquement demander à une ronde qui réussie comment elle fait et si son physique n'est pas un frein. Ou de mettre en lumière des personnalités qui ont dû avoir recours à des transformations spectaculaire pour être prises au sérieux et valorisées. 
Tant que la corpulence d'une personne sera traitée comme un défaut pour lequel il faut se justifier ou s'excuser, la grossophobie existera. 
Adriana Karembeu n'explique pas pourquoi elle a 1m de jambe et personne n'a à se justifier de sa couleur d'yeux ou de cheveux, pourquoi devrait-on le faire pour des questions de poids ?

L'une des proies préférées des médias en matière de fatshaming et de grossophobie... Loana. On aime la personne ou pas, on s'en fout, ce n'est pas le problème. Oui, certaines maladies et certains traitement contre des maladies font prendre du poids... Avant de diffuser une information, tout bon rédacteur journaliste ou non est prié de vérifier la réalité de ses propos... 
Ce n'est pas en se moquant de plus visible (devant l'écran et non derrière) que soi que ça fait de soi quelqu'un de "mieux".
Quand ça vient d'un torchon à "sensation", ça n'étonne qu'à moitié, quand ça vient du Nouvel Obs, c'est déjà plus surprenant, même si l'article date un petit peu. Ce sont des arguments et autres moqueries que l'on nous sort et nous sert régulièrement. 





Comme le dit le titre, il est question de parler de la grossophobie, n'hésitez pas à parler de votre expérience, de vos ressentis et de votre point de vue.

4 commentaires

  1. Ca craint que ca existe encore à notre époque! Et le pire c'est qu'il y a des médecins et des Gus de laboratoire qui la pratiquent, genre le gros on peut le maltraiter! Ma maman en a fait les frais!

    RépondreSupprimer
  2. Ton article est tellement juste .... je suis complètement de ton avis mais helas je pense que comme le sexisme il est tellemtn encré en nous que même quand on en est la cible il est difficile de s en départir .... car même si gros n est pas un défaut au même titre que femme n est pas une faiblesse ,on se justifie même avec nous même ... j essaie de travailler sur moi pour me dire que mes kilos en trop et mon sexe ne sont pas des freins ... mais c est pas facile tous les jours

    RépondreSupprimer
  3. J'ai assisté a un spectacle de danse orientale et je trouvais les filles gracieuses et merveilleuses. Alors que mes voisins critiquaient leurs rondeurs.
    De quel droit critiquez vous les danseuses, montez sur scène et dansez et on en reparlera. Silence de leur part.

    RépondreSupprimer
  4. Hello princesse! Joli coup de Louboutin dans la fourmilière du politiquement correct! C'est bon un bon coup de gueule. Je t'invite à découvrir le billet de la talentueuse Virginie Grimaldi du blog femmesweetfemme en réponse à un commentaire très "grosse bashing" ! A savourer sans modération... ;) http://www.femmesweetfemme.fr/grosse-2/

    RépondreSupprimer

Laissez-moi un petit mot !

Merci