La ronde et la robe de mariée

La saison des mariages bat son plein et ce pour encore quelques mois. J'aime les mariages, je reste une indécrottable fleur bleue, je trouve ça toujours beau et émouvant.


Ce dimanche 29 Mai, c'était la fête des mères mais pas seulement, c'était aussi notre anniversaire de mariage. Il y a 12 ans, nous nous disions "oui" à la mairie. Pour remettre ça fin Août de la même année à l'église.
Si pour la cérémonie religieuse je n'ai eu aucun problème avec ma robe de mariée, je suis encore très reconnaissante à Pronuptia® Strasbourg pour leur gentillesse et leur professionnalisme, pour la robe que je portais à la cérémonie civile, ça a été une toute autre histoire. Une histoire qui m’interpelle et me fait penser à bien des femmes rondes qui doivent galérer et subir bien des remarques durant leur recherche de la robe du plus beau jour de leur vie. 

Je me le demande d'ailleurs bien souvent, si je devais me marier aujourd'hui, comment cela se passerait ? 

Pour mon mariage religieux mon choix était fait depuis ma plus tendre enfance, je voulais une robe de princesse aux épaules nues, sans manches, ni bretelles. Une belle robe bustier avec un voile et je l'ai eu. Pour mon mariage civil, c'était différent. Je ne voulais pas porter une robe de mariée, je voulais une belle robe de cocktail. J'avais craqué pour un magnifique modèle de chez Adolfo Domingez. Une robe bustier longue, fuchsia et rose qui se fermait au niveau du sein gauche avec une fermeture éclaire. Un vrai bijou. 
A l'époque, je taillais un 44, dans la boutique, on me dit qu'il n'y a aucun souci, qu'ils auront ma robe à ma taille en temps et en heure et qu'en cas de retouche, il n'y aurait aucun problème, il y aurait le temps aussi. Génial !

Puis, 3 semaines avant le mariage, la boutique me téléphone, la robe n'est pas là, ils ne savent pas s'ils l'auront à temps, d'autant que le mariage ayant lieu chez moi, à côté de Nantes, il fallait que la robe soit là dans les 15 jours pour l'essayage et les éventuelles retouches avant que je parte... La vendeuse me dit que ça ira sûrement, sauf que voilà, dans le doute, je me suis dit qu'il valait mieux jouer la carte de la sécurité...

Panique à bord ! Un future mariée en plein préparatifs de 2 mariages, ça a les nerfs à vif, très à vif, c'est susceptible et ça a tendance à un petit peu dramatiser. Du coup, pétage de plombs ! Crise de larmes, impression que la terre s'écroule ! Hors de question de me marier dans une tenue lambda, même à la mairie et le timing était loin d'être en ma faveur. Il me fallait trouver LA tenue, à ma taille, dispo en boutique car plus le temps de faire venir quoi que se soi de nulle part...
Heureusement, mon super future mari était là, il a séché mes larmes et quelques jours plus tard, nous avons passé une journée marathon dans tout Strasbourg pour me trouver une tenue qui me plaise. Chose très difficile car je m'imaginais depuis longtemps dans ma robe de designer...

J'ai tout essayé, même un smoking blanc à rayure noir pour faire l'opposé avec la tenue de l'Homme. Mais non, rien à faire... Nous avons fini par retourner dans des boutiques de robes de mariées, autre que Pronuptia®, c'était surement là notre erreur... Dans une première j'ai essayé une quantité astronomique de robes magnifique, toutes dispo dans ma taille mais c'étaient toutes des robes longues, à cerceaux, comme ma robe pour le mariage à l'église... Je voulais quelque chose de différent....
Dans la dernière boutique de robe de mariées, j'ai fini par trouver mon bonheur, une robe longue, droite à fines bretelles et disponible dans ma taille. Alléluia !



Elle m'allait pile poil, la vendeuse absolument charmante et au petit soin avec mon Homme et moi me confirme qu'elle est parfaite, que tout sera prêt à temps. Elle me sermonne quand même "Surtout ne prenez pas de poids" ! J'étais soulagée, 
mes préparatifs pouvaient reprendre. Je jonglais entre eux, mon poste de nuit à l'hôpital et je surveillais de près ma balance ! Une future mariée, ça stresse à mort et moi quand je stresse à mort, je grossis... J'ai jeûné, avalé des diurétiques à gogo, avec du recule, je me dis que j'étais parfaitement inconsciente de l'impact délétère de tout ça sur ma santé... Mais je ne devais pas prendre un gramme et j'ai réussi mon pari !

La veille de mon départ, je retourne à la boutique, seule. J'enfile ma guêpière bien pigeonnante que porterais le jour J pour voir le résultat ultime dans la robe. Parce que oui, lors d'un marathon shopping, quand on fait un bonnet D on prend un soutien-gorge bien emboîtant, avec un bon gros maintient, limite on met son soutif pour le sport mais certainement pas de la lingerie à grand balconnet comme pour une soirée ou un mariage...

Et là, le drame, au niveau de la poitrine, apparemment ça ne ferme plus. Je dis apparemment parce que je ne me souviens pas avoir vu l'envergure de la catastrophe que la vendeuse hystérique me décrivait en beuglant ! Elle me hurlait dessus comme si j'étais une gamine parce que c'était une honte, j'étais une mauvaise mariée, j'avais osé prendre du poids !!! Toutes les mariées font des régimes et moi, j'ose me payer le luxe de prendre de la poitrine. Jamais une vendeuse ne m'a autant humilié, ni hurlé dessus. Une autre femme est venue faire son dernier essayage à ce moment là. Tout allait bien pour elle. La vendeuse m'a lancé du milieu de la boutique devant cette femme et sa maman "Vous voyez, ELLE, ELLE est sérieuse !" 

J'étais là, seule, au milieu de la boutique, au milieu de ces regards, jetée en pâture, pleurant toutes les larmes de mon corps dans ma robe de mariée dont les 2 derniers centimètres ne fermaient pas. Je ne sais pas combien de temps cela a durée, ça m'a semblé interminable. Quant à la vendeuse, elle, rien ne l'arrêtait, elle s'acharnait inlassablement sur ma carcasse un petit peu comme hyène enragée !
Après cette belle humiliation publique, une femme est arrivée de je ne sais où. Elle a demandé au dragon hystérique qui faisait office de vendeuse si elle pouvait regarder histoire d'essayer de faire quelque chose. Le dragon a lancé à travers la boutique un "Oui, fais le toi, parce que moi j'en peu plus ! Que veux-tu que je fasse d'ELLE ? ".

La femme me ramène en cabine, regarde ma robe et les coutures avant de me dire avec beaucoup de douceur : "Ne vous inquiétez pas, ce n'est pas grand chose, je peux défaire et refaire les coutures de chaque côté. Il y a assez de tissu pour donner un petit peu de leste sans apporter la moindre modification. Ce n'est rien et la robe fermera". Elle s'en va, revient très vite. J'enfile de nouveau la robe et miracle, elle ferme. Trop bien même, les bretelles ne tiennent plus, le bustier n'est plus ajusté à ma poitrine, bref, le haut est devenu trop grand pour moi, tout baille. Mais la robe ferme.

Je remercie mille fois cette femme qui me propose de réajuster l'ensemble. Je ne l'entends même pas, je refuse, je suis une vilaine fille, moche et grosse, c'est tout ce que j'ai en tête, c'est à peine si je mérite cette robe, pourquoi l'ajuster ?
Je m'allège de plus de 350 euros auprès du dragon, j'ai ma robe avec moi, trop grande à la poitrine mais ce n'est pas grave, elle ferme et je ne mérite pas mieux...

J'avais 24 ans, j'étais seule, impressionnable et surtout, persuadée de ne rien valoir parce que j'étais ronde. Une taille 44, c'est déjà trop.

Tout ceci se passerait aujourd'hui, je remballerais cette vendeuse. Parce que si elle avait réfléchit une toute petite seconde, elle m'aurait demandé de venir faire les essayages avec ma lingerie avant. Oui, quand on porte un bonnet D, l'effet de la poitrine n'est absolument pas le même dans un soutien-gorge emboîtant à bretelles que dans une guêpière sans bretelle à balconnet... Le balconnet donne du volume pour embellir la poitrine dans un bustier, c'est fait pour ! 

Je n'avais pas pris un gramme et l'erreur ne venait même pas de moi, elle aurait dû, en temps que professionnelle anticiper cela, elle était en cabine avec moi lors de mon premier essayage et avait parfaitement vu que j'essayais la robe avec un soutien gorge classique à bretelle. Alors forcement le pile poil dans le bustier n'allait plus l'être avec une lingerie pigeonnante et sans bretelle.

La robe était en stock dans le magasin et il ne manquait apparemment que 2 cm pour la fermer. Il y avait une couturière sur place. Pourquoi m'avoir traité de la sorte ? L'aurait-elle fait si lors de cet essayage mon homme avait pu être là ? Assurément non, il ne l'aurait pas laissé me dire le moindre mot de travers
.
Qu'en serait-il aujourd'hui, du haut ou plutôt du large de mon 52 ? Comment réussirai-je à trouver une robe à ma taille ?

Une chose est sûre, je ne permettrais pas à une vendeuse la moindre réflexion déplacée et ça ne se passerais pas comme ça aujourd'hui.
Mais sur les photos de mon mariage, quand je vois que mes bretelles ne sont pas une seule fois sur mes 2 épaules en même temps et le bustier trop grand pour ma poitrine, j'ai de la peine pour cette "moi" de 24 ans persuadée que ses rondeurs ne la rendait pas "légitime", qu'elle ne méritait pas d'être belle et à l'aise dans sa robe. J'ai la gorge serrée parce que j'ai la rage contre cette vendeuse et aussi contre moi.

L'ironie de l'histoire, c'est que la boutique Adolfo Domingez m'a rappelé 8 jours avant mon départ pour mon mariage, ils avaient ma robe et était prêt à tout mettre en oeuvre pour que je puisse la porter... Mais m'étant engagée auprès de l'autre boutique, j'avais refusé... Aujourd'hui, dans une telle situation, face à une vendeuse aussi odieuse, je serais partie de la boutique, je lui aurai laissé la robe sur les bras, je serais allée me faire bichonner chez Adolfo Domingez et je me serais mariée dans la robe que je voulais au départ. Mais c'était il y a 12 ans et à cette époque, je pensais encore que ne pas tailler un 36 signifiait ne rien valoir, ne pas être belle et être une ratée.


Et vous, des mésaventures avec vos robes de mariées ? Racontez-moi, ça m'intéresse de savoir si aujourd'hui, les vendeuses ont plus de tact !

12 commentaires

  1. tu es magnifique sur les photos et ton mari aussi.
    je suis très touchée par ton histoire, c'est fou ce qu'on a dû encaisser (et venant de qui en fait? quelle légitimité?) et comme tout cela a fait mal pendant des années, ajoutant la culpabilité (de quoi? de vivre?de gacher le paysage?)aux complexes!
    moi je me souviens à 16 ans, la vendeuse qui ne voulait pas dépareiller un bikini, je devais avoir le haut en 38 et le bas en 40..., et disant, dans tout le magasin, j'y peux rien elle est mal foutue et trop grosse des hanches!
    magasin chic sur station balnéaire chic! à 16 ans tu penses, je me suis ravalé ma honte et c'était parti pour des décennies de complexes et de malaise à la plage, parce que,c'était l'époque du style androgyne des 70's, je me trouvais monstrueuse! alors que j'étais ...une bombe! d'après mes enfants adultes maintenant!
    Putain! elles sont lourdes les valises de culpabilisation de nos kilos! je suis en colère contre toutes ces réflexions qui ont gaché ma jeunesse et l'image que j'avais de moi!
    merci de tout ce que tu nous apportes en confiance et amour de soi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah pas mal aussi la vendeuse qui ne connais pas les morphologie en A...
      Avec du recule, on a juste envie de retourner leur mettre les point sur les i, mais tant d'années après... A quoi bon.
      Merci pour ton partage. Et quelque soit notre taille de confection, nous sommes des BOMBES !!!

      Supprimer
  2. Moi ca avait déjà commencé avec ma robe de communion alors j'imagine même pas, j'espère ne jamais avoir besoin d'une telle robe!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Olala, en plus enfant, c'est hard, car les enfants ne se font pas de cadeaux... Et les vendeuses qui en rajoutent une couche ne sont pas mieux.

      Supprimer
    2. Ben à 8 ans c'était la vendeuse elle a dit à ma maman "vous lui lâcherez les cheveux comme ça on ne verra pas que la robe ne se ferme pas! " ma maman a piqué la colère du siècle et en plus il y avait du tulle en dessous et ça piquait. Ma maman avait trouvé une belle chez Leclerc qui etait une merveille en coton!

      Supprimer
  3. Je ne suis pas violente, mais une réflexion pareille... je crois que j'aurais hurlé (en pleurant) et je lui aurais balancé ma robe à la figure. Mais c'est aussi parce que je sais aujourd'hui que faire du 44 ce n'est pas grave. Mais en étant complexée et stressée à cause d'un mariage, pas évident comme situation....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, aujourd'hui, je ne me laisserai pas traiter de la sorte. Mais j'étais si mal dans ma peau à cette époque...
      Je pense que cette vendeuse n'allait déjà pas très bien à la base. Je pense que se venger comme ça sur les clientes, c'est un moyen de se sentir supérieure... Ce sont souvent des personnes pas forcément bien dans leur peau elles-mêmes.

      Supprimer
  4. pronuvias et pronuptia Marseille, m'ont clairement dit "perdez du poids, et vous essaierez nos robes" la même phrase le même jour. J'étais si en colère que j'ai fini par acheter du tissus et faire ma robe. Pas la robe de mes rêves juste ma robe à moi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bien dit Céline! la robde de nos rêves, c'est un peu comme le prince charmant, on nous a élevées avec cette notion perverse! La "robe à moi" très jolie expression, c'est celle dans laquelle je me sens belle et donc je le suis, c'est ce que nous devons rechercher pour nos mariages ou pour la vie, comme notre amour qui nous va si bien!
      Tu as raison Aurélie, les réflexions viennent de personnes pas bien dans leur peau qui ont besoin de s'affirmer; maintenant que je suis grande je sais répondre à ces personnes en leur lançant que c'est elles qui ont un problème avec mon corps, donc certainement avec le leur, pas moi, tout va très bien pour moi merci! quand je suis vraiment en forme je rétorque que je ne suis pas leur psychologue donc qu'elles ne se prennent pas pour ma diététicienne!

      Supprimer
    2. Mais c'est à la fois non-professionnel et anti-commercial ce genre d'attitudes ! Chacune devrait pouvoir porter la robe de ses rêves.
      Tu as bien fais de te faire ta robe Céline, une robe unique, c'est magique aussi, mais encore faut-il pouvoir se la faire.
      Je ne comprendrai jamais ce type de réactions ! C'est vraiment rageant !

      Supprimer
  5. je me suis mariée il y a bientôt 1 an. Après 18 ans de vie commune, et autant de kgs pris depuis notre rencontre. J'ai connu les essayages en boutiques mais pour moi presqu'aucune ne fermaient "désolée on ne fait que du 36-38". Alors j'en ai essayé des robes qui ne se fermaient pas sur mon 42/44. J'en ai porté des lorceaux de tissus qui n'avaient aucune tenue, qui me donnaient l'air d'Heidi dans sa campagne ou du bonhomme Michelin.
    J'ai fini par en trouver une.
    J'ai fait les essayages avec ma mère et ma belle-mère qui n'ont cessé de se prendre la tête.
    Le dernier essayage j'y suis retournée avec elle
    j'avais osé prendre 500g! la robe ne fermait plus
    la vendeuse a paniqué
    je suis sortie de la cabine et ma belle-mère a lancé devant toute la boutique en me regardant de la tête au pied "non mais t'as grossi audrey, t'as pris du poids, tu peux pas dire le contraire ça se voit"...
    Les filles qui essayaient la même robe à côté d emoi avec 10 cm de plus et 15 kgs de moi, m'ont regardée, dépitées.
    J'ai tenté de garder le sourire.
    Puis la mégère a ajouté "ben oui je suis la belle-mère et je dis ce que je pense"
    j'ai fondu en larmes pathétique.
    Je suis partie avec ma robe qui ferme pas sous le bras.
    La vioc ne comprenait pas pourquoi je réagissais comme ça "ben quoi c'est quand même pas d ema faute si elle a pris du poids"!
    j'ai fini par perdre 6kgs en 1mois et demi
    je suis rentrée dans la belle robe
    j'étais la plus belle
    depuis j'ai repris 8kgs
    et j'emmerde ma belle-mère

    RépondreSupprimer
  6. Superbe article! Première fois que je te lis, et j'ai bien aimé ton histoire même si elle n'est pas très joyeuse... Je ne comprends pas non plus la réaction de la vendeuse... Je ne suis pas mariée (pour le moment, un jour sûrement ;) ) Mais je pense que je garderais ton article en tête, et surtout ta conclusion, si un jour ça m'arrive, j'enverrai chier la vendeuse :p

    bonne continuation :)

    RépondreSupprimer

Laissez-moi un petit mot !

Merci